Aimer sa vie quand tout change

22 Décembre 2020

DanieleHenkel.tv

JENNY OUELLETTE
RECRUTEMENT ET MANAGEMENT

 

Changer. Le mot de 2020. Durant une courte période, nous avons tous été appelés à évoluer rapidement. Sans crier gare, notre vie normale a été bousculée. Aujourd’hui, j’aborde un sujet qui me tient à cœur, celui de façonner notre vie et de se réinventer malgré les défis.

Aimer sa vie 

Par où commencer? En s’inspirant de ceux qui évoluent constamment dans un milieu en transformation où la routine ne fait pas partie du quotidien et j’ai nommé les propriétaires de startups. Si on les observe attentivement et qu’on se penche sur l’aventure entrepreneuriale, on trouve de quoi s’outiller pour naviguer dans un contexte imprévisible. Voici quelques clés qui peuvent faire du bien en cette fin d’année particulière.

1. Bye bye impression de contrôle!
À mes yeux, la pandémie nous a tous transformés en «entrepreneur». Nous avons eu à entreprendre quelque chose cette année: le télétravail, un nouveau départ dans sa vie personnelle ou même un nouveau métier. Or, trois grands types d’approches étaient possibles: se réinventer, évoluer ou subir. Celle que nous avons adoptée, consciemment ou non, a influencé la façon dont nous avons vécu les événements. En tout temps, nous pouvons décider d’emprunter un autre chemin. Denis Tremblay, un entrepreneur et mentor d’ici, a partagé récemment sur LinkedIn un proverbe chinois qui résume bien l’inventivité entrepreneuriale:

«Quand les vents du changement soufflent, certains construisent des abris et d’autres des moulins.»

LA CLÉ: « La seule chose qui ne change pas, c’est le changement.» Michel Ferhadian

2. Ouvrir la bonne porte 

Les périodes de transformation sont une occasion d’apprendre la résilience. Au lieu d’essayer de contrôler les conditions extérieures, on apprend à influencer la chose sur laquelle nous avons réellement un pouvoir: nous. On s’éduque, on s’outille, on adapte nos pensées et on décide. Ce lâcher-prise est la plus belle étape, car c’est grâce à elle qu’arrive ensuite la partie de plaisir. Les belles choses surviennent et nous surprennent parce qu’on s’y est ouvert.

LA CLÉ: Accepter pour un moment que sa seule stabilité est l’instabilité.

3. Une promesse avec soi-même
On voit souvent le bonheur comme une quête ultime. Nos énergies et nos buts sont parfois orientés vers cet objectif. Vraisemblablement, être heureux n’est pas toujours évident surtout lorsqu’on fait face à une tempête et à un certain chaos. Devant ce constat, j’ai décidé de faire les choses autrement et de me promettre une chose: aimer ma vie avec tout ce qu’elle a à offrir.

Si vous saviez comment cette seule promesse a simplifié mon quotidien! Ironiquement, c’est elle qui m’a amené à vivre des moments de joie. Même s’il n’existe pas de recette toute faite qui mène au bonheur, il arrive qu’on trouve celle qui nous convient quand on regarde les choses autrement. Lorsqu’on aborde le thème du bonheur, habituellement une autre question suit: «Qu’est-ce qui est plus important que le bonheur?»

La réponse la plus sage que j’ai trouvée vient du sociologue et auteur Frédéric Lenoir lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle. Je vous invite à visionner cet extrait fascinant. Sa réponse? Probablement l’amour.

LA CLÉ: Aimer sa vie au lieu de chercher le bonheur

4. Choisir et faire ce qui est bon 

Lorsqu’on apprivoise l’inconnu, qu’on s’ouvre aux nouvelles possibilités, il reste une dernière étape à franchir, celle de décider et d’agir. Si vous observez un entrepreneur, il doit prendre des décisions à un rythme rapide et surtout, sans avoir en main toutes les informations. Sa passion le guide ou sa détermination ou son imprudence… Pourquoi le blâmer? Cette transformation ne vient pas avec un manuel d’instruction. Alors, il se lance, parce qu’il sait que l’inaction a toujours un coût! Laissez-moi vous partager un truc que j’enseigne aussi à mon équipe. Il m’a servi fièrement au courant des dernières années!

LA CLÉ: Quand tu dis oui à quelque chose, à quoi dis-tu non?

Chaque décision comporte une part de sacrifice. Lorsque vous êtes à la tête d’une entreprise et qu’une personne vous présente un projet, vous devez choisir entre y investir ou non, Sachant que vos ressources sont limitées, cela implique implicitement qu’accepter c’est refuser une autre opportunité qui pourrait se présenter faute de temps. Ainsi, décider c’est aussi savoir renoncer. Pour mieux bâtir la vie qui nous ressemble, il faut savoir choisir consciemment.

Alors, comment se pencher sur ce qui est bon pour nous?

Se connaître est probablement la meilleure avenue et la plus belle qui soit.

2021 est rempli d’espoir quand on y pense. Quel sera votre choix?

À propos de l'auteur(e)

Jenny Ouellette

À propos de Jenny Ouellette

Fondatrice de BonBoss

Jenny est la fondatrice de BonBoss.ca inc., l’entreprise qui a pour mission de changer le monde du travail, un bon boss à la fois. Détentrice d’un baccalauréat en relations industrielles, elle commence sa carrière en gestion des ressources humaines avant d’amorcer sa vie d’entrepreneure en marketing de contenus. Son parcours atypique l’amène à développer une expertise et une vision uniques de l’avenir du recrutement et de la gestion.