Avoir su: «Bien choisir ton client»

27 novembre 2018

Avant de se lancer en affaires, Raquel Tulk, fondatrice et présidente de Viita Protection, aurait aimé savoir comment bien choisir son client pour s’assurer que celui-ci est réellement engagé dans le succès de son entreprise.

 

 

 

Danièle Henkel TV

RAQUEL TULK, FONDATRICE ET PRÉSIDENTE DE VIITA PROTECTION

Raquel est une leader et une entrepreneure née. Déjà au primaire, elle se créait une petite boutique pour vendre des muffins et des cupcakes à ses camarades de classe. En emploi à l’adolescence, elle se démarquait de ses collègues en surpassant les attentes. Au Collège LaSalle, un projet de fin d’études en commercialisation de la mode a mené Raquel et une autre étudiante à développer une entreprise de toutes pièces. L’idée de créer une culotte antifuite nouveau genre lui était venue après une discussion avec sa tante gynécologue.

Son passage à l’émission télévisée Dans l’oeil du dragon a marqué en 2014 un tournant puisqu’elle s’est associé avec Danièle Henkel qui deviendra sa mentore. Ses produits sont maintenant disponibles partout au Canada et aux États-Unis. «C’est vraiment une belle période pour être dans les affaires, se réjouit celle qui entreprend un virage axé sur le commerce en ligne. Avec toutes les technologies qui sortent aujourd’hui et qui redéfinissent le service à la clientèle, on peut innover et devenir des pionniers».

SAVOIR CHOISIR SES CLIENTS

Pistes de solutions par l’École des entrepreneurs des entrepreneurs du Québec

Dans son enthousiasme, l’entrepreneur qui débute vit parfois dans l’illusion que tous seront intéressés pas son offre. Il est prêt à faire 1001 concessions pour obtenir des ventes qui, bien qu’amenant une certaine réussite financière, auront en contrepartie le potentiel de le laisser un peu amer. Savoir dire non devrait faire partie des compétences essentielles à la négociation de vente, et ce, dès le démarrage.

L’École des entrepreneurs du Québec vous propose…

 

Cinq raisons valides de refuser des ventes

1 – LA MARGE DE PROFIT N’EST PAS INTÉRESSANTE

Il faut établir son seuil de rentabilité et ne faire des compromis que dans les cas où vous estimez que les avantages collatéraux d’une vente à faible rentabilité peuvent rapporter à plus long terme. Ce serait le cas si, par exemple, vous y gagneriez de la renommée en tant que marque, une visibilité hors pair ou la possibilité d’établir une relation d’affaires sur le long terme menant à des ventes récurrentes.

2 – LE CLIENT N’A PAS UNE ATTITUDE AGRÉABLE.

Halte-là! Il vaut peut-être mieux ne pas insister. Imaginez devoir gérer une plainte ou le service après-vente avec un client difficile, voire désagréable.

3 – LA VENTE EST UNIQUE

Lorsque la vente a peu ou pas de chance de se répéter et s’avère peu rentable, vous êtes en droit de la refuser.

4 – LE CLIENT EXIGE UN PRODUIT SUR MESURE

Il est probable que vous dépensiez beaucoup trop de temps et de ressources pour satisfaire sa demande.

5 – LA COMMANDE DÉPASSE VOTRE CAPACITÉ DE PRODUCTION LIVRAISON.

Vous risqueriez de bâcler le travail ou de livrer en retard. « Un client satisfait en parle à deux; un client insatisfait en parle à dix », dit le dogme.

Danièle Henkel TV

Cinq critères de sélection du client parfait :

1- Il répond à votre segmentation initiale, c’est-à-dire à votre marché ciblé au départ (la clientèle pour laquelle vous avez spécifiquement élaboré votre produit ou service).
2- Votre entente est claire, elle est explicative et protège les deux parties de potentiels contentieux.
3- Votre compréhension de ses besoins est limpide et précise et votre soumission reflète cette compréhension.
4- Ses besoins s’inscrivent dans votre offre de service. Vous n’avez pas à la modifier.
5- Mutuellement, la confiance s’est installée.

Trois astuces pour bien choisir son client

1- Faire preuve de discernement dans le choix de son client veut parfois dire avoir moins de clients, mais des clients plus intéressants, relativement à leur engagement et à leur fidélité ou encore aux valeurs qu’ils partagent avec vous.

2- Être clair dans son offre, poser les bonnes questions, rédiger des ententes dans lesquelles le client et l’entrepreneur y trouvent leur compte et établir le lien de confiance. Négocier? Certainement, mais avec les leviers de négociation qui vous conviennent! Avec du temps supplémentaire, un délai de livraison plus court pour accommoder le client, une réduction de prix pour une entente à long terme, à titre d’exemples.

3- Mieux choisir son client c’est aussi démontrer une confiance en soi et en son produit ou service. C’est exactement cette confiance sur laquelle travaillent les formateurs de l’École des entrepreneurs du Québec. Inspirer le respect et éduquer sa clientèle sur la valeur juste de notre offre sera plus profitable à moyen terme.

À propos de l'auteur(e)

École des entrepreneurs du Québec

À propos de École des entrepreneurs du Québec

L’École des entrepreneurs du Québec est un OBNL dédié au développement des compétences pour le démarrage, la croissance et l’acquisition d’entreprise.