Avoir su: «La vertu de la passivité consciente»

Séries: Avoir su

23 mai 2019

MARIE HOUDE, directrice générale, Le Grand Costumier

DanieleHenkel.tv

À la fin de son baccalauréat en Études internationales, Marie Houde a fait du bénévolat pour des coopératives au Pérou. Un déclic s’est alors produit: son emploi futur devait immanquablement contribuer à changer le monde. Ont suivi huit années à Oxfam-Québec qui ont validé son profil de gestionnaire. Puis, elle a fait le saut dans le monde culturel en tant que directrice des opérations et du financement à l’École nationale de l’humour. «Le Grand Costumier est arrivé à la croisée des chemins de ces deux univers: l’humanitaire et le culturel», illustre-t-elle. Après l’annonce de la fermeture du costumier de Radio-Canada en 2005 et la déception du milieu artistique, elle a vu en ce projet d’entreprise d’économie sociale un potentiel immense. Ses valeurs et son ambition ont été reconnues par le conseil d’administration qui lui a confié les rênes du Grand Costumier où le créateur aurait une place centrale. «J’ai réalisé que j’avais ce besoin d’être en relation d’aide, ajoute-t-elle. Cela a défini le modèle d’affaires du Costumier. Jusqu’où peut-on aller pour accompagner le créateur dans sa démarche? Toute la gamme de services connexes à la location de costumes (formation, recherche personnalisée), en a découlée.»

Maude Houde souhaite maintenant continuer à bonifier et à restaurer la collection, en plus de faire croître l’entreprise dans le reste du Canada et aux États-Unis.

La passivité consciente ou Comment passer du mode réaction en mode vision

Pistes de solutions de l’École des entrepreneurs du Québec

Comment différencie-t-on ceux qui rêvent de lancer une entreprise de ceux qui sont véritablement devenus leur propre patron? Le passage à l’action. La proactivité est un trait commun des entrepreneurs.

Au fil de l’évolution d’une entreprise toutefois, l’entrepreneur doit, au-delà des actions, prendre du recul pour développer une vision qui l’aidera à orienter la croissance en affaires.

De créateur à gestionnaire

En démarrage, tout est à faire. Le quotidien d’un entrepreneur, bien que orienté par une vision, sera davantage fait d’actions concrètes. Une fois l’entreprise plus établie, il prendra davantage la position d’un gestionnaire. Ce petit tableau montre les attitudes et compétences distinctes selon le stade de l’entreprise.

Trois compétences clés

Déléguer

Savoir déléguer n’est pas toujours une attitude naturelle pour les entrepreneurs. Faire confiance à ses employés, ses collaborateurs, accepter de ne pas pouvoir tout contrôler dans le moindre détail vous sera utile, voire libérateur! Cela s’avère précieux également pour vous dégager du temps. Que faire de celui-ci ?

Prendre de la hauteur

Nous avons tous vécus l’expérience d’être plongé dans un problème et de chercher désespérément à le résoudre. Parfois, c’est en s’en éloignant que vient la solution. Se distancer des opérations permettra d’y voir plus clair. En hauteur, on a une meilleure vue d’ensemble.
Pour prendre du recul, l’entrepreneur doit s’assurer d’établir un modèle de gestion qui lui permet de prendre ce temps de réflexion. L’outil de la Roue de la croissance développée par l’École des entrepreneurs du Québec suggère aux entreprises de pouvoir compter sur une recette récurrente de vente* ou ce que l’on appelle en anglais un « repeat business ».
Ainsi, il est plus facile pour un chef d’entreprise de penser à développer de nouveaux produits ou services, de conquérir de nouveaux marchés, ou de repenser les processus internes pour optimiser les opérations.

*Une recette récurrente de vente est une recette d’affaires qui engendre des revenus répétitifs et qui peut être transmise ou déléguée au sein de l’entreprise/organisation.

DanieleHenkel.tv

Soyez moins réactif, apprenez à dire non!

Oui! Par moment, il est utile d’être passif et de refuser les opportunités qui se présentent, surtout si elles ne sont pas cohérentes avec votre vision à long terme, vos objectifs à court terme ou simplement les valeurs de votre organisation.
N.B. : Des parcours d’accompagnement en croissance comme celui suivi par Marie Houde du Grand Costumier peuvent vous aider à prendre le recul nécessaire et à développer vos compétences de gestionnaire.

À propos de l'auteur(e)

École des entrepreneurs du Québec

À propos de École des entrepreneurs du Québec

L’École des entrepreneurs du Québec est un OBNL dédié au développement des compétences pour le démarrage, la croissance et l’acquisition d’entreprise.