Avoir su: «Le rôle du conseil d’administration»

1 février 2019

L’entrepreneur et la bonne gouvernance

Pistes de solution par l’École des entrepreneurs du Québec

La mise en place d’une structure de gouvernance dans une entreprise ne devrait pas ajouter de la lourdeur pour son dirigeant, mais plutôt l’éclairer dans ses décisions.  

Quelle structure de gouvernance adopter?

Dans ses débuts, le dirigeant d’entreprise se tourne généralement vers son avocat, son comptable ou un ami ayant des compétences complémentaires aux siennes pour trouver conseil quant à certaines décisions complexes.

Par la suite, il peut décider de former un comité consultatif en réunissant des experts, tels que des professionnels déjà impliqués dans l’entreprise qui deviendront ses conseillers. Le comité, composé de trois à cinq conseillers externes en plus du PDG, se réunit pour débattre puis fournir des recommandations sur les orientations stratégiques à prendre.

Les membres d’un comité consultatif sont choisis par l’entrepreneur et peuvent quitter ou se faire montrer la porte à tout moment. À la différence d’un conseil d’administration, le comité consultatif n’a pas de pouvoir décisionnel.

Constitué de façon plus formelle, le conseil d’administration (CA) opère des tâches précises, dont découlent des responsabilités individuelles pour ses membres. Ceux-ci sont nommés et élus par les actionnaires et la direction d’une entreprise pour une durée déterminée. Certaines parties prenantes (comme un bailleur de fonds public) ou un commanditaire pourront exiger de siéger sur le conseil.

Règle générale, le comité consultatif constitue l’étape préalable à la mise en place d’un conseil d’administration qui devient obligatoire pour les entreprises qui entrent à la bourse.

Comment bien choisir les membres d’un CA

Les membres désignés d’un conseil d’administration amènent idéalement des expertises, des expériences ou des ressources complémentaires à celles de sa direction. Ceux-ci ne devraient pas avoir de lien avec l’entreprise ou l’organisation.

L’une des grandes responsabilités d’un CA est d’assurer la bonne gestion financière de l’entreprise. Notamment:

d’approuver les budgets;

d’assurer une gestion économique et efficace de l’entreprise;

de surveiller l’intégrité financière

d’approuver les états financiers.

 

Un CA est-il limitant pour l’entrepreneur?

L’entrepreneur habitué à prendre des décisions seul ou en simple consultation peut craindre de voir son pouvoir décisionnel limité par un CA.

Comme les membres d’un CA ont un devoir fiduciaire, c’est-à-dire qu’ils ont une responsabilité légale envers l’entreprise et qu’ils doivent garantir sa saine gestion financière, ils font souvent preuve de prudence quant à la gestion du risque.

Aux prises avec les nécessités opérationnelles quotidiennes, les PDG ont souvent peu de temps pour prendre du recul sur les grands enjeux de l’entreprise.

Bien constitué, un conseil d’administration sera à l’écoute de la vision de l’entrepreneur tout en agissant en garde-fou pour assurer la pérennité de l’entreprise.

Savoir bien s’entourer est l’un des conseils martelés aux entrepreneurs par les dirigeants à succès. Se doter d’une bonne structure de gouvernance et faire appel à l’intelligence collective d’un groupe de professionnels dédiés à faire réussir votre projet aura sans doute des effets positifs sur la croissance de votre entreprise. Maintenant, à vous de voir quelle structure vous convient le mieux.

Vous hésitez à choisir la forme de gouvernance la plus adéquate?

Lisez l’article Entrepreneurs: comité consultatif ou conseil d’administration?

Bon à savoir

La mise en place d’un CA est indiquée dans un contexte où l’organisation gère des fonds publics (comme les OBNL incorporées), lors d’investissements importants qui mettent à risque l’entreprise ou simplement lorsqu’un besoin d’expertise est ressenti par l’équipe de direction.

À propos de l'auteur(e)

École des entrepreneurs du Québec

À propos de École des entrepreneurs du Québec

L’École des entrepreneurs du Québec est un OBNL dédié au développement des compétences pour le démarrage, la croissance et l’acquisition d’entreprise.