Le brasseur du coin

26 avril 2019

En devenant président, directeur général et actionnaire des BRASSEURS DU NORD, Sébastien Paradis a réveillé l’ours polaire qui dormait et a remis l’innovation au coeur de la stratégie de la microbrasserie.

Oeuvrant depuis une vingtaine d’années comme spécialiste dans le développement de marques pour des entreprises comme Oakley, Red Bull et Burton Canada, Sébastien Paradis était plutôt effrayé à la perspective de devenir entrepreneur. Jusqu’à ce qu’un chasseur de têtes l’approche pour reprendre les rênes des Brasseurs du Nord.

«Je voulais investir et je m’intéressais de plus en plus au phénomène des microbrasseries au Québec. La taille (150 employés) et la régionalité de l’entreprise m’ont convaincu. Ça ne m’intéressait plus de passer ma vie entre deux vols à l’aéroport. Je pouvais relever ce défi tout en demeurant près de ma famille», raconte celui qui a accepté le poste de PDG en mai 2016, la même semaine que sa conjointe accouchait de jumeaux.

DanieleHenkel.tv
DanieleHenkel.tv

Carte blanche

Autre facteur non négligeable: le Fonds FTQ, actionnaire majoritaire, lui donnait carte blanche pour donner le coup de barre nécessaire afin de renverser le déclin de l’entreprise qui avait su innover par le passé. La microbrasserie pionnière avait été la première à lancer une bière ambrée en sol québécois en 1988, puis une première IPA en 2011. «Le conseil d’administration sentait bien que la marque avait perdu de son lustre à travers les années bien que ses produits demeuraient solides. Je pense que les administrateurs cherchaient un bâtisseur de marque, idéalement dans le domaine du breuvage. J’aimais beaucoup l’histoire de l’entreprise, ses valeurs, mais je me rendais compte qu’elle avait oublié de dire qui elle était. J’ai vu le potentiel de la remettre sur la track.»

Sébastien Paradis a donc repositionné l’image de marque (en ramenant l’ours au premier plan) et a lancé un nouveau programme de bières créatives pour les bars et les restaurants.

«L’innovation faisait partie de l’ADN de Boréale depuis longtemps. Je n’avais qu’à m’assurer de la remettre de l’avant. Il y avait une équipe et un maître brasseur qui n’attendaient que ça.»

Un comité d’innovation a été mis sur pied et le président s’est assuré d’avoir au sein de son équipe des personnes passionnées et créatives. «Lorsque je suis arrivé, j’ai constaté que l’organisation travaillait comme une grande entreprise avec des comités de gestion, des gestionnaires seniors, etc. J’ai enlevé des barrières hiérarchiques afin que tout le monde émette ses opinions et ses idées. On va peut-être se tromper et apprendre de ses erreurs, mais au moins, on aura essayé des choses!»

Un rassembleur

Puis, pour souligner les 30 ans de la microbrasserie, le PDG a ouvert le Relais Boréale, un bar-boutique à même le siège social qui organise des événements et offre des produits exclusifs aux consommateurs. «J’ai constaté, en lunchant dans les restos-bars près du bureau, que personne ne savait à quoi je faisais référence lorsque je disais venir de la brasserie du coin. J’ai vu à quel point l’entreprise n’était pas présente dans sa communauté. Il était grand temps de mettre en lumière le travail des artisans locaux à Blainville qui fabriquent des bières locales en créant une expérience de marque sur place.»

Maintenant qu’il a consolidé son équipe et mis l’innovation à l’avant-plan, l’entrepreneur se dit prêt à diversifier l’offre de breuvages possiblement à travers des partenariats et des acquisitions et à développer des marchés de proximité comme l’Ontario, le Canada atlantique et le nord-est des États-Unis. «Notre équipement de brassage nous permettrait de faire beaucoup de choses dans l’industrie du breuvage. Je regarde les possibilités. On évolue dans une période de romantisme dans l’industrie: il y a beaucoup de microbrasseries à l’heure actuelle qui seront appelées à se consolider dans les prochaines années.»

DanieleHenkel.tv

À propos de l'auteur(e)

Mélissa Proulx

À propos de Mélissa Proulx

Éditrice

Mélissa Proulx est une journaliste, chroniqueuse et rédactrice. Elle se consacre avec passion et créativité à l’élaboration de contenus journalistiques riches et variés depuis 2002.