Le secret d’une performance continue? Les vacances…

10 mai 2019

DanieleHenkel.tv

Dr Nicolas Chevrier

Psychologie du travail

 

Il est parfois de bon ton de considérer les vacances comme du temps perdu ou au mieux comme une obligation. Or, les recherches en psychologie du travail nous révèlent qu’il en est tout autrement. En fait, on observe que les vacances sont un ingrédient essentiel au maintien d’une performance élevée continue.

Je vous présente donc aujourd’hui quelques pistes importantes issues des recherches en gestion de la performance.

La performance est une ressource renouvelable

Il est important de développer une conception réaliste du travail afin de pouvoir ensuite développer de saines habiletés de gestion de performance. Cela implique de gérer notre performance au travail comme on gère une ressource renouvelable. Car les ressources internes (attention, concentration, motivation, jugement, patience, capacité d’analyse, fatigue physique) peuvent se tarir lorsqu’elles sont mal utilisées.

DanieleHenkel.tv

Le travail est comme un marathon

En un sens, on peut voir le travail de l’entrepreneur comme le marathonien voit sa course. L’athlète expérimenté sait bien gérer ses ressources. Il sait qu’il aura des moments d’efforts importants qui devront être compensés par des moments de récupération. Si je veux être capable d’augmenter la cadence pour prendre la tête du peloton de coureurs, je dois avoir prévu un moment où je ralentirai pour attraper un verre d’eau et m’hydrater. De même, je dois prévoir ralentir après cet effort afin de récupérer et d’être prêt pour ma prochaine montée.

L’entrepreneur et le marathonien vivent une expérience similaire. La vie professionnelle du chef d’entreprise est ponctuée de moments où il choisit de performer pour atteindre ses objectifs. Or, la planification de cette performance passe nécessairement par une planification des moments de récupération.

Deux types de récupération

Pour une saine récupération des ressources internes, la littérature en psychologie du travail est claire (S. Sonnentag, 2018*); la planification doit se faire à deux niveaux.

1. D’abord, des activités qui permettent la récupération pour quelques heures durant les périodes de travail. Pratiquer un sport d’équipe un soir semaine ou passer quelques heures tranquilles au spa dans un circuit d’eau va me permettre de me détacher psychologiquement du travail. De même, suivre un cours de cuisine ou planifier des rénovations sont des activités propices à renouveler nos ressources internes par le biais d’apprentissages ou de projet structurés qui ne sont pas liées au travail.

2. Ensuite, les vacances. Est-ce que je suis ici en train de dire que les vacances sont essentielles à une saine performance à long terme? Que le fait de ne pas prendre de vacances pourrait faire de moi quelqu’un de moins compétent, qui fait plus d’erreurs, qui pique des colères, qui apprécie moins son travail, qui ne participa pas à un climat de travail sain? Oui, c’est pas mal ça.

Un entrepreneur qui ne prend pas de vacances, c’est comme un marathonien qui décide de sprinter durant tout le marathon. Non seulement il sera moins efficace, mais il ne finira probablement pas la course en un morceau.

Toutes les 12 semaines

Or pour des travailleurs qui ont des emplois très exigeants, qui travaillent de longues heures ou qu’ils sont de garde électroniquement  (joignable par le biais de courriel ou texto), par exemple, sont ceux qui sont le plus à risque de développer de l’épuisement professionnel, la recommandation de la littérature scientifique est très claire.

Pour maintenir un niveau de performance optimal durant l’année (ne pas voir de semaine de productivité à 30% ou 40% parce qu’on est trop fatigué), il est important de planifier des vacances toutes les 12 semaines selon un rythme de deux semaines de vacances pour le temps des fêtes et la période estivale, couplé à une semaine de «relâche» en automne et au printemps.

En utilisant ce rythme, la performance reste optimale pour toutes les semaines de l’année.

Que fait-on de la culpabilité qu’ont certains dirigeants à prendre des vacances ? On se rappelle que de ne pas prendre de vacances nous rend moins performants et moins efficaces sur une base annuelle. Un entrepreneur performant doit donc se souvenir que les vacances sont une partie intégrante du travail. Et que sans elles, il devient impossible de performer à long terme.

DanieleHenkel.tv
*Sonnentag, S. (2018) Recovery from Job-Stress, JoOB 36-S1, 72-103

À propos de l'auteur(e)

Nicolas Chevrier

À propos de Nicolas Chevrier

Le Dr Nicolas Chevrier, psychologue, est titulaire d’une maîtrise en psychologie clinique et d’un doctorat en psychologie du travail et des organisations dans lequel il s’est intéressé aux impacts des facteurs organisationnels sur le développement de l’épuisement professionnel chez les travailleurs.