Stimuler sa créativité par l’alimentation

14 juillet 2020

DanieleHenkel.tv

Andréanne Martin
Nutrition et saines habitudes de vie

 

Et si je vous disais que votre assiette est un des meilleurs atouts que vous possédez pour contribuer à la multiplication des opportunités professionnelles? Un peu simpliste, mais il s’agit d’un constat bien réel et scientifiquement démontré!

Les conséquences de la pandémie sont encore bien présentes et malgré la fatigue induite par le stress chronique, la créativité demeure l’un des ingrédients principaux pour se réinventer, se réorganiser et se structurer. Les habitudes de vie, spécialement le contenu de votre assiette, représentent un allié de taille.

« Que ton aliment soit ta médecine », disait Hippocrate. Et je me permets de renchérir en disant: « nous sommes faits de ce que l’on mange et absorbe! ». La créativité naît de ce qu’on appelle la pensée divergente, soit la capacité à imaginer des solutions multiples à un même problème. Afin de favoriser ce processus, il importe que les neurones se nourrissent d’un apport abondant et continuel en oxygène et en glucose. Et pour que le cerveau puisse produire en quantité adéquate les neurotransmetteurs clés, ceux responsables de l’éveil et de la vigilance, il faut lui fournir de précieux matériaux de construction : les protéines et certains vitamines et minéraux.

Les entrepreneurs et leaders ont une charge mentale excessive, souhaitent performer et amener leurs capacités cognitives à un haut niveau. Beaucoup expriment une curiosité à découvrir le potentiel de la neuronutrition. En effet,  si nos apports alimentaires sont basés sur des calories vides de nutriments, ce sera un aller-simple vers une perte des fonctions ou une diminution de la fabrication des neurotransmetteurs dont nous avons besoin pour favoriser cette créativité essentielle à notre réussite.

Trois astuces pour nourrir sa créativité

Afin d’alimenter vos cellules grises et d’optimiser votre processus de créativité, voici trois éléments faciles à intégrer dans un contexte où vos horaires sont surchargés. Parmi les actions à mettre au menu :

1. Privilégier les aliments dont la charge glycémique est faible afin d’offrir aux neurones un apport constant en glucose. Autrement dit, il faut éviter toute arrivée massive de sucre pour limiter la baisse de productivité qui suivrait automatiquement. Cela favorise une énergie soutenue, une concentration stable et une activité neuronale assidue. Concrètement, pour favoriser une arrivée graduelle de sucre aux neurones, consommez une demi-assiette de légumes à tous les repas, choisissez des produits céréaliers de grains entiers pour un maximum d’une demie à une tasse par repas, et privilégiez 2 à 3 fruits par jour, tout en s’assurant de les consommer de manière répartie dans la journée (gare aux mégas portions de fruits en un seul repas!).

DanieleHenkel.tv

Qui plus est, une revue systématique et une méta-analyse parue en 2014 dans l’American Journal of Clinical Nutrition montre le lien d’association entre les personnes consommant une alimentation plus « brute », donc constituée majoritairement de fruits, légumes, grains entiers et poissons et une plus faible probabilité de dépression, principale cause d’invalidité à l’échelle mondiale.

2. Végétaliser les choix alimentaires dans le but d’augmenter les apports en magnésium, un minéral très important pour la fabrication des neurotransmetteurs. À nouveau, de façon plus concrète, il s’agit de découvrir les façons de cuisiner les légumineuses, d’ajouter une poignée de noix à la collation, de saupoudrer des graines de caméline, de chia ou de lin moulu dans les céréales, le smoothie ou le parfait matinal et encore, d’augmenter la consommation de légumes du déjeuner au souper. Vous avez bien lu! Les légumes s’intègrent bien au déjeuner par l’ajout d’épinards dans un smoothie, de légumes sautés dans une omelette, de courgettes, carottes et patates douces dans un muffin-repas ou de légumes divers coupés en dés dans un burrito matinal. Qu’ils soient frais, congelés, en salade, en soupe, en potage, coupés en crudités, broyés dans un smoothie ou camouflés dans une omelette ou un muffin, chaque portion de plus est une source d’éléments nutritifs pour stimuler votre créativité.

DanieleHenkel.tv
DanieleHenkel.tv

3. Intégrer une source de protéines à tous les repas afin de fournir le cerveau en acides aminés essentiels. Le déjeuner sur le pouce, les sandwiches à la charcuterie, les salades-repas, les soupes-repas sont parfois des repas où ces macronutriments sont en quantité et en qualité insuffisantes. Nous sommes des gens performants et conséquemment, nous aimons mesurer le fruit de nos efforts au sein de l’entreprise. Soyons donc tout aussi attentifs à nos portions de protéines quotidiennes qu’à nos objectifs de rentabilité, car l’un ne va pas sans l’autre!  Le quart de ce que vous consommez dans un repas devrait être constitué d’au moins un des aliments suivants : poisson, fruits de mer, volaille, noix et graines, légumineuses, soya, viande et autres sources alimentaires de protéines.

Dormir, bouger, méditer
Naturellement, la nutrition doit demeurer une priorité dans notre quotidien. La qualité du sommeil (aller au lit tôt, tout en limitant le temps d’écran en soirée), l’activité physique (150 minutes par semaine combinant la stimulation cardiovasculaire et les exercices musculaires), de même que la méditation au quotidien, s’ajoutent aux conseils nutritifs préalablement mentionnés et s’avèrent de précieux alliés pour passer au travers des périodes plus stressantes et éprouvantes comme celle qui marquera à jamais 2020.

À propos de l'auteur(e)

Andréanne Martin, Dt.p.

À propos de Andréanne Martin, Dt.p.

Nutritionniste-Diététiste

Au service de la santé des leaders, Andréanne Martin est une diététiste-nutritionniste qui carbure aux projets qui lui permettent de valoriser les saines habitudes de vie dans le but d’aider le plus de gens possible à se sentir mieux. Entrepreneure et maman, elle met son expertise en santé préventive au service des médecins, professionnels de la santé et entrepreneurs à travers des formations et des conférences sur la science de la nutrition et le microbiote. C’est en se basant sur ces principes scientifiques qu’elle a fondé en 2018, avec son équipe, le programme Leader en santé.